Marche aux flambeaux contre les violences sexistes et sexuelles ven. 25/11

Solidaires 35 appelle aux journées de mobilisation et de manifestation contre les violences sexistes et sexuelles à Rennes

Vendredi 25 novembre à 18h Dalle Kennedy (Villejean) : Marche aux flambeaux

Manifestation « crescendo » avec recueillement en hommage au féminicide de Marie à Villejean puis départ pour une marche aux flambeaux avec chorale puis playlist à la fin de la manifestation place de la République.

Un accueil et garde d’enfants est prévu par l’e collectif La Bulle: local de Solidaires 35, 5 rue de Lorraine

Grève et manifestation pour la voie professionnelle : jeudi 17 novembre 10h Rectorat

Bonjour à tout.te.s,

SUD éducation appelle les personnels à se réunir en AG dans tous les LP, dans toutes les villes, dès le 7 novembre. Construisons une grève majoritaire le 17 novembre. Amplifions le mouvement pour sauver les LP.

SUD Éducation et l’intersyndicale éducation du 35 appellent à une journée de grève et de manifestation le jeudi 17 novembre à 10h devant le rectorat.

Une Assemblée Générale des personnels est prévue à l’issue de la manifestation pour envisager les suites du mouvement. (lieu à venir)

La grève du 18 octobre dernier était très importante : face à la réforme qui détruit la voie professionnelle, la mobilisation doit rester forte.

Quels sont les enjeux ? C’est un plan social qui se prépare: 5 000 postes d’enseignant.es sont menacés en raison de l’augmentation des périodes de stages et de la baisse des volumes horaires de cours. En France, 1 PLP sur 10 est directement menacé de fermeture.

Rappelons aussi que les LP sont passés sous la double tutelle du ministère de l’Education et du ministère du Travail, avec une ministre déléguée à la formation professionnelle, Carole Grandjean; c’est un très mauvais signe.

C’est bien un plan social d’ampleur qui se prépare : aux dernières estimations ce sont 5 000 postes enseignants qui seraient détruits du fait de l’augmentation des périodes de stage et de la baisse des volumes horaires de cours qui en découlerait mécaniquement. Près d’un PLP sur 10 est directement menacé.

Lien vers le dossier de SUD Education : tracts et communiqués : https://www.sudeducation.org/dans-tous-les-lp-le-17-novembre-toutes-et-tous-en-greve/

Pourquoi un seul logo de SUD Éducation sur le communiqué intersyndical du 35 alors que les autres syndicats en deux ?

parce que SUD Éducation est un syndicat intercatégoriel : il rassemble toutes les catégories de personnels de l’Éducation nationale de la maternelle à l’université : enseignant·es de tous les niveaux, personnels de vie scolaire, administratifs, de santé, travailleurs et travailleuses sociaux, qu’ils et elles soient titulaires ou non.

parce que SUD Éducation est un syndicat laïc qui ne syndique pas les personnels de l’enseignement privé (sauf les contractuel.les intervenant aussi dans le public); pour l’arrêt du financement et la nationalisation de l’enseignement privé !

Lundi 14 nov. : Soirée débat autour du livre « Les chemins du collectif » d’Andrés Monteret

Lundi 14 novembre se déroulera à la Maison des Association (6 cour des alliés à Rennes) une soirée débat organisée par notre syndicat autour du livre « Les chemins du collectif » d’Andrés Monteret.

L’auteur nous y présentera son essais retraçant les grandes lignes de la « Pédagogie Institutionnelle » à travers des questionnements tels que « Comment faire de la classe un lieu d’action collective tout en permettant à chacun de s’investir individuellement ? » ou encore « Comment analyser le monde et s’y engager de façon critique ? ».

Ce moment d’échanges pourra aussi permettre de comprendre plus globalement la distinction que l’on peut faire entre ces « pédagogies émancipatrices » et d’autres courants se réclamant aussi des pédagogies alternatives.

Venez nombreux à 20h à la MDA ce lundi 14 novembre.

Élections professionnelles 2022 dans le 35

Retrouvez l’espace spécial élections professionnelles de la fédération SUD éducation : https://www.sudeducation.org/elections/elections-professionnelles-2022/

- nos listes
- nos revendications
- un tuto pour activer son espace électeur

Ci-dessous le matériel de SUD éducation 35 et SUD éducation Académie de Rennes pour les élections professionnelles de décembre 2022.

Nous avons rédigé ci-dessous un tutoriel pour vous aider à militer auprès de vos collègues :

Nos revendications :

Voilà nos listes et professions de foi pour faire entrer un syndicat de combat dans toutes les instances !


Comité social d’administration académique

Le CSA académique détermine la représentativité des syndicats au niveau académique. C’est le nouveau nom du CTA.

Il est compétent pour toutes les questions relatives à la politique éducative, aux statuts des personnels, et plus généralement toutes les questions qui touchent à l’organisation du système éducatif. C’est aussi en CSA que les grilles de salaires des personnels contractuels sont présentées.

Une formation spécialisée est consultée sur la question des conditions de travail. Elle remplace le CHSCT académique.

SUD au CSA académique, c’est l’assurance d’avoir des collègues qui jouent la transparence sur les moyens et les suppressions de postes quand l’administration joue l’opacité.

 Liste des candidat-es au CSA de l’académie de Rennes
 Profession de foi CSA


Commission administrative paritaire académique

La CAPA est compétente notamment pour étudier les recours contre :

- le licenciement ou le refus de titularisation ;
- les questions de télétravail ;
- le refus d’utilisation du CPF ;
- le refus de temps partiel.

Les commissions paritaires doivent impérativement être consultées quand l’administration envisage une sanction disciplinaire supérieure à la suspension sans traitement durant trois jours.

Vos élu⋅es SUD en CAPA rappelleront sans relâche les textes à respecter par l’administration, et défendront l’égalité de traitement entre collègues .

 Liste des candidat-es à la CAPA de l’académie de Rennes
 Profession de foi CAPA


Commission administrative paritaire départementale

La CAPD est compétente notamment pour étudier les recours des PE contre :

- le licenciement ou le refus de titularisation ;
- les questions de télétravail ;
- le refus d’utilisation du CPF ;
- le refus de temps partiel ;

Les commissions paritaires doivent impérativement être consultées quand l’administration envisage une sanction disciplinaire supérieure à la suspension sans traitement durant trois jours.

Vos élu⋅es SUD éducation 35 et CGT éduc’action 35 en CAPD rappelleront sans relâche les textes à respecter par l’administration, et défendront l’égalité de traitement entre collègues.

 Liste des candidat-es à la CAPD de l’Ille-et-Vilaine
 Profession de foi CAPD


Commission consultative paritaire

Les CCP sont consultées sur les questions de licenciement à l’issue de la période d’essai.

Il n’y a pas de candidat-es : c’est une élection sur sigle.

Les commissions paritaires doivent impérativement être consultées quand l’administration envisage une sanction disciplinaire supérieure à la suspension sans traitement durant trois jours.

Vos élu⋅es SUD en CCP défendront les personnels face à l’arbitraire de l’administration.

 Profession de foi CCP surveillance et accompagnement (AED & AESH)
 Profession de foi contractuel-les de l’enseignement, psy-EN et CPE
 Profession de foi ATPSS (agents des domaines administratif, technique, pédagogique, social et de santé)

Mutations inter dans le 2nd degré : infos et visios le jeu. 10 et lun. 21 nov.

Vous souhaitez participer au mouvement, néanmoins la procédure de mutation dans l’Éducation nationale peut sembler opaque. Il est par conséquent très important d’être accompagné·e par SUD éducation afin de vous aider dans vos démarches. Les élu·es et les militant·es de SUD éducation sont à vos côtés pour défendre l’égalité de traitement entre tous les personnels et s’assurer que tou·tes disposent des mêmes informations concernant les procédures de mutation. Retrouvez ci-dessous les informations pour vous inscrire aux visios et le calendrier du mouvement.

Le manque de postes dans le premier comme dans le second degré ont largement contribué à bloquer la mobilité des personnels. Il devient de plus en plus difficile pour les enseignant·es du second degré d’obtenir certaines académies à cause des suppressions de postes.

Les mutations se déroulent en deux temps : d’abord le mouvement inter-académique pour changer d’académie, puis le mouvement intra-académique pour pouvoir faire des vœux à l’intérieur de votre académie.

Vous pourrez faire vos voeux du mercredi 16 novembre 2022 à midi au mercredi 7 décembre 2022 à midi. 

Les visios ouvertes d’information

SUD éducation organise deux visios d’information syndicales ouvertes pour vous informer au sujet du mouvement :

  • Le jeudi 10 novembre à 18h30,
  • Le lundi 21 novembre à 20h.

S’inscrire ici : https://framaforms.org/visio-dinformation-syndicale-sur-les-mutations-dans-le-2nd-degre-1665940190

Le calendrier du mouvement inter

1- du 16 novembre au 7 décembre : Vous formulez vos demandes de mutation sur I-Prof – phase interacadémique et mouvements spécifiques nationaux et sur postes à profil (POP). 

2- à partir du 8 décembre 2022 : Vous téléchargez votre confirmation de demande de mutation dans SIAM puis, en fonction des académies :

– soit vous téléversez cette confirmation, signée et visée par le chef ou la cheffe d’établissement, avec les pièces justificatives demandées, directement sur Colibris ;

– soit vous la transmettez au chef ou la cheffe d’établissement, qui se charge ensuite de faire suivre votre confirmation à la division des personnels ;

– soit vous la transmettez directement, par voie postale ou électronique, à la division des personnels, après avoir fait viser votre confirmation par le ou la cheffe d’établissement.

La date limite de transmission des confirmations varie dans le courant du mois de décembre en fonction des académies. N’hésitez pas à vous renseigner auprès du syndicat local SUD éducation pour connaître le calendrier et les modalités retenues dans votre académie.

3- janvier 2023 : consultez et vérifiez votre barème sur I-prof. 

4- 10 février 2023 minuit : date limite pour envoyer une demande tardive.

5- 7 mars 2023 : vous recevrez le résultat de votre demande dans I-prof.

Élections professionnelles 2022 : la page fédérale

Voter SUD,

c’est voter pour : 

  • Un syndicat de lutte  qui se bat sans compromissions contre la hiérarchie.
  • Une augmentation des salaires,  et la fin du jour de carence.
  • Un recrutement massif d’enseignant·es et de personnels spécialisé·es  
  • Une véritable politique de lutte  contre les violences sexuelles et sexistes au travail.
  • La lutte contre toutes les discriminations : sexistes, lgbtiphobes, racistes, antisémites.
  • Une transformation écologique et sociale de l’école comme de la société.

Mouvement inter dans le 1er degré : infos et visios – lun. 7 nov. à 19h et mer. 16 nov. à 17h

Vous souhaitez participer au mouvement, néanmoins la procédure de mutation dans l’Éducation nationale peut sembler opaque. Il est par conséquent très important d’être accompagné·es par SUD éducation afin de vous aider dans vos démarches. Les élu·es et les militant·es de SUD éducation sont à vos côtés pour défendre l’égalité de traitement entre tous les personnels et s’assurer que tou·tes disposent des mêmes informations concernant les procédures de mutation.

Le manque de postes dans le premier comme dans le second degré ont largement contribué à bloquer la mobilité des personnels. Il est pour les professeur·es des écoles extrêmement difficile, voire impossible, de quitter certains départements.

Les mutations se déroulent en deux temps : d’abord le mouvement inter-académique pour changer d’académie, puis le mouvement intra-académique pour pouvoir faire des vœux à l’intérieur de votre académie.

Vous pourrez faire vos voeux du mercredi 16 novembre 2022 à midi au mercredi 7 décembre 2022 à midi. 

Nos visios :

SUD éducation organise deux visios d’information syndicales ouvertes pour vous informer au sujet du mouvement :

Tout savoir sur le mouvement

Les grandes lignes du mouvement

Le mouvement interdépartemental des enseignant·es du premier degré est désormais dédoublé avec un mouvement national spécifique sur postes à profil (dit mouvement “POP”) qui est parallèle au mouvement interdépartemental au barème.

Pour le mouvement national spécifique aux postes à profil, les vœux sont à faire entre le 16 et le 28 novembre 2022.

Pour le mouvement interdépartemental au barème, les vœux sont à faire entre le 16 novembre et le 7 décembre 2022.

Actuellement dans de nombreux départements, les barres d’entrée sont trop hautes et elles figent le mouvement. SUD éducation revendique des ouvertures de postes et un recrutement massif qui permettront de fluidifier le mouvement.

Le mouvement interdépartemental

Les vœux pour le mouvement interdépartemental des personnels enseignant·es du premier degré sont à saisir du 16 novembre à midi jusqu’au 7 décembre à 12:00 (heure de Paris).

Vous avez entre le 8 et le 14 décembre (vous n’aurez donc que 7 jours) pour confirmer votre demande de mutation en envoyant votre accusé de réception ainsi que toutes les pièces justificatives aux services départementaux.

Attention, l’absence de cette confirmation avant le 14 décembre 2022 annule votre participation au mouvement.

Des demandes plus tardives peuvent être effectuées pour tenir compte de situations particulières (enfant né ou à naître, mutation imprévisible de votre conjoint·e) jusqu’au 16 janvier 2023.

Votre barème vous sera communiqué à partir du mardi 17 janvier 2023. Vous pouvez demander une modification du barème entre le 17 et le 31 janvier (faites-vous accompagner en contactant SUD éducation).

Vous pouvez annuler votre participation au mouvement jusqu’au vendredi 10 février 2023.

Les résultats seront publiés le mardi 7 mars 2023.

Le mouvement POP : encore plus de postes hors contrôle…

Fidèle à la pensée managériale de Blanquer, le nouveau ministre poursuit la sclérose du mouvement classique, construit pour être le moins inégalitaire possible, en perpétuant le système opaque du “mouvement POP”, hors barème, idéal pour les passe-droits.

Pour préparer ce “mouvement POP”, il a été demandé aux DASEN de signaler des postes à profil. On y trouve essentiellement des postes d’enseignement en ITEP, IME, centres pénitentiaires, langues, des postes de direction, de coordination, d’accompagnement ou encore de référent·es… 

SUD éducation revendique un seul mouvement basé sur les priorités définies par la loi. Il manque des postes dans tous les départements et il manque des enseignant·es sur les postes existants : il faut donc recruter et créer des postes plutôt que de multiplier les dispositifs dérogatoires.

Pour ce mouvement sur postes à profil, le dépôt des candidatures doit se faire sur l’application Colibris du 16 novembre à midi au 28 novembre 2022 à midi.

À partir du 28 novembre 2022, les candidatures seront étudiées et des entretiens seront organisés.

Il faut impérativement être titulaire des titres et diplômes nécessaires pour le poste.

Les résultats seront connus courant janvier 2023 pour ce mouvement spécifique.

FORMATION AED : mieux connaître ses droits pour mieux se défendre !

Si vous vous êtes déjà posé une de ces questions, participez à notre stage syndical le lundi 5 décembre 2022
de 10h00 à 17h00 à Rennes (5, rue de Lorraine – 2e étage).

Pour s’inscrire :

  • Envoyer un mail à : syndicat@sudeducation35.fr
  • Envoyer le courrier ci-dessous à son supérieur hiérarchique un mois avant c’est à dire avant le 14 octobre :

Pour rappel : Chacun a droit à 12 jours de stages par an.

Chaque fonctionnaire ou agent·e non-titulaire, syndiqué·e ou non syndiqué·e, peut bénéficier de 12 jours de formation syndicale par an, fractionnables à volonté (une journée minimum). Ces journées de formations ne modifient pas le salaire et ont lieu sur une journée de travail.

La formation syndicale est un droit qui résulte du droit syndical, celui-ci a une valeur constitutionnelle. Les droits existent tant qu’on les utilise ! https://www.sudeducation.org/participez-aux-formations-syndicales-de-sud-education/

Vous venez de loin ? Dorénavant, il est possible de se faire rembourser son trajet (train, voiture, ou autre) pour venir au stage. Il suffira d’envoyer votre ticket de transport ou votre itinéraire Mappy à syndicat@sudeducation35.fr (préciser dans l’objet du mail : Pour le trésorier) à la suite de votre stage.

Visuel stage AED :

Mardi 18 octobre : on entre dans la grève !

La situation sociale exige une riposte déterminée, chacun·e de nous est concerné·e. C’est pour cela que SUD éducation avec son Union syndicale Solidaires ont pris la responsabilité d’appeler à la grève l’ensemble des salarié·es et des personnels le mardi 18 octobre.

Manifestation : RDV à 11h Place de la République à Rennes

Le 18 octobre, toutes et tous en grève !
SUD éducation appelle l’ensemble des personnels à se réunir dès maintenant en assemblée générale et à converger dans l’action et dans la grève le mardi 18 octobre.

Lycée professionnel : en grève le 18 octobre pour le retrait de la réforme Macron

La réforme des lycées professionnels que veut imposer le président Macron aux élèves et aux personnels de LP constitue un véritable danger pour l’avenir d’un tiers de la jeunesse lycéenne, pour nos métiers et pour la formation professionnelle initiale.

Les 4 points développés ci-dessous seraient pour le ministère non négociables alors même qu’ils concentrent les éléments les plus dangereux de ce projet.

+ 50 % DE STAGES ET MOINS D’ENSEIGNEMENTS

Le projet annoncé prévoit d’augmenter de 50 % les périodes de stage en entreprise (passage de 22 à 33 semaines pour les bacs pro).

Ces heures en entreprises en plus correspondront fatalement à des centaines d’heures d’enseignement en moins.

Parce que nous avons à cœur l’émancipation de nos élèves et la qualité du service public d’éducation ;

parce que les conséquences sur les conditions de travail des personnels et d’études des lycéen·nes seront désastreuses ; parce que cela correspondra à des suppressions de postes enseignants : nous ne pouvons pas l’accepter.

DES HORAIRES DÉCIDÉS LOCALEMENT

Le cadre national des grilles horaires doit être maintenu pour garantir des diplômes nationaux assurant une qualification reconnue et la possibilité de poursuites d’études.

Sous couvert d’autonomie renforcée, des expérimentations pourront être menées permettant de ne pas respecter les grilles horaires disciplinaires nationales. Le français et les maths seraient à privilégier car considérés comme des « savoirs-fondamentaux ». Que restera-t-il alors pour les autres enseignements généraux qui favorisent l’émancipation des élèves ?

DES FORMATIONS RÉDUITES AUX BESOINS LOCAUX

Les fermetures et ouvertures de filières dans les établissements seraient décidées uniquement au prisme des besoins locaux de main-d’œuvre ce qui va considérablement réduire les choix de formation des élèves. Nous refusons que l’avenir professionnel de nos jeunes lycéen·nes soit conditionné à des métiers en tension pour la plupart en raison de leurs conditions salariales et de travail déplorables.

Pour que la Voie Professionnelle soit une voie attractive, il faut surtout créer de nouvelles filières de formation en lien avec les besoins sociaux et les enjeux environnementaux.

DEMI-JOURNÉE « AVENIR »

Le ministère veut imposer dès la 5ème de collège un dispositif « Avenir » consistant à dédier une demi-journée par semaine pour découvrir les métiers et les entreprises. Pour nos organisations, il faut renforcer les missions et le nombre de personnels d’orientation et préparer les élèves de collège à tous les parcours d’orientation sans exception.

POUR LE RETRAIT DE

LA RÉFORME MACRON DES LYCÉES PROS

EN GRÈVE LE 18 OCTOBRE 2022

Télécharger le document : POUR L’AVENIR DES ÉLÈVES DE LA VOIE PRO,  NON À LA CASSE DES LYCÉES PROS ! (format pdf)

Préavis de grève : https://www.sudeducation.org/agir/preavis-de-greve/

1er degré : RIS le mar. 18/10 en visioconférence et à l’école les Callunes (Guichen)

Sud Éducation 35 et CGT Éduc’Action 35 organisent le mardi 18 octobre prochain deux Réunions d’Informations Syndicales (RIS) à l’école les Callunes de Guichen (93 Rue Du Général Leclerc) et en visioconférence à 17h30, ouvertes à tous les agents (y compris les non-adhérents).

A l’ordre du jour : auto-évaluations, manque de personnel, affectations tardives des TRS, loi Rilhac, salaires, échanges sur la rentrée dans vos écoles… les sujets ne manquent pas !

Voici le lien pour la visio (Zoom) :
https://us06web.zoom.us/j/83472410206?pwd=VUNlbGtMdUhxaXRLcWRvNjN5SjFFUT09
ID de réunion : 834 7241 0206
Code secret : 118084

Pour rappel, cette RIS compte pour 3h de formation qui pourront être déduites de votre temps de formation (dans l’année, vous pouvez déduire en tout 6h de RIS du temps de formation).

Pour venir à cette RIS, pas besoin d’inscription, nous vous transmettrons une attestation de présence à la suite de la RIS.

Liens vers les évènements Facebook : visioconférence, école des Callunes à Guichen

RIS Les Callunes : Vous venez de loin ? Dorénavant, les adhérents à Sud Éducation 35 peuvent se faire rembourser leurs trajets (train, voiture, ou autre) pour venir à la RIS. Il suffira d’envoyer votre ticket de transport ou votre itinéraire Mappy à syndicat@sudeducation35.fr (préciser dans l’objet du mail : Pour le trésorier) à la suite de votre RIS.

Les statuts de l’université de Rennes rejetés,
des directions et un ministère qui persistent et signent!

Comme lors de la séance du 12 octobre 2021 qui avait alors rejeté la Convention de Coordination Territoriale Unir, le CNESER vient de rejeter les statuts de l’établissement expérimental Université de Rennes par 5 pour, 17 contre dont SUD éducation et 10 abstentions. Lors du CT de l’université de Rennes 1, les statuts de l’EPE ont aussi été rejetés par les représentant-es des personnels.  

Mais encore une fois, le Ministère comme les directions d’établissements ne prendront pas acte du rejet de leurs EPE par les personnels comme les étudiant-es.  

Les dérogations au code de l’éducation vont ouvrir la porte à un ESR dérégulé et soumis à la concurrence entre établissements, instaurant un service public de l’enseignement et de la recherche à 2 vitesses, avec quelques pôles d’excellence attirants les budgets et les financements et des formations désinvesties.  

Le non-respect de ces votes de rejet par les instances représentatives des personnels et des étudiant-es entre en résonance avec le mode de fonctionnement institutionnel des EPE, dont celui de l’université de Rennes. Avec la mise en place d’un « conseil stratégique » composé des seuls président de l’université, des VP et des directeurs d’établissements qui concentrera la gouvernance réelle, le pilotage stratégique de l’établissement, s’assurera « de la cohérence et de la convergence des projets stratégiques, particulièrement en matière d’offre de formation, de recherche, de partenariats externes et de coordination des politiques budgétaires et d’emploi », coordonnera les contrats pluriannuels d’objectifs et conduira la conduite de l’expérimentation la démocratie universitaire est largement mise à mal.  

SUD éducation a largement rejeté les projets d’EPE dont les bilans sont en droit de nous inquiéter (voir ici pour le bilan de l’EPE de Paris Saclay).  

Voir ci-dessous nos publications précédentes sur l’EPE de Rennes:  

https://www.sudeducation35.fr/2021/06/22/non-a-luniversite-de-rennes-oui-a-la-democratie-et-au-service-public/


https://www.sudeducation35.fr/2021/10/28/un-epe-impose-au-pas-de-charge-sans-aucune-concertation-et-contre-lavis-de-la-communaute-universitaire/

SUD éducation dénonce cette vision de l’ESR qui se veut compétitive et à 2 vitesses, nous défendons le projet d’un enseignement supérieur et d’une recherche de service public, gratuit, démocratique, accessible à toutes et à tous et émancipateur.

Pour des écrits inclusifs

Notre communication syndicale a pour objectif d’être lue et comprise par un maximum de collègues afin de les informer mais aussi de les convaincre qu’une autre société est possible. Néanmoins, trop souvent, nos expressions ne sont pas adaptées aux personnes handicapées. En suivant les recommandations des militant·es antivalidistes et du FALC (Facile à lire et à comprendre), nous pouvons rendre notre expression plus accessible à tou·tes. Vous trouverez dans cette fiche une série de conseils généraux dans lesquels piocher. Ils s’appliquent aussi bien à l’expression syndicale qu’à du matériel pédagogique.

1/ Les conseils pour écrire un texte inclusif
  • faire des phrases courtes ( 2 propositions / 2 verbes au maximum),
  • utiliser des mots simples et expliquer les mots compliqués, inhabituels ou appartenant au vocabulaire spécialisé,
  • utiliser le présent de l’Indicatif,
  • utiliser le style direct,
  • regrouper ensemble toutes les infos d’un même thème avec un titre clair et court,
    – éviter de multiplier les sous-titres,
    – renommer les choses ou les personnes plutôt que d’utiliser des pronoms,
    – utiliser une ponctuation simple,
    – utiliser des phrases actives ( exemple : « les personnels sont méprisé•es par la hiérarchie » = « la hiérarchie méprise les personnels »),
    – adressez-vous directement à vos interlocuteurs et interlocutrices : (exemple : « Les personnels de l’Éducation nationale ont perdu 30% de pouvoir d’achat depuis 1995 » = « Vous avez perdu 30% de pouvoir d’achat depuis 1995 » / « les personnels doivent se syndiquer pour gagner de nouveaux droits » = « syndiquez-vous pour gagner de nouveaux droits »).
    – ne pas utiliser de métaphores, d’abréviations, d’initiales ou d’acronymes,
    – ne pas utiliser l’humour ou le second degré que lorsque vous êtes certain•es qu’il sera compris par tou•tes vos lecteur•trices,
    – ne pas utiliser de pourcentage ni de gros nombres,
    – ne pas utiliser de double négation (exemple : « il ne serait pas inefficace de taxer les plus riches » = « il serait efficace de taxer les plus riches »).
2/ Caractères et police

– utiliser une police sans empâtements, claire et facile à lire (Arial, Helvetica, Open sans, Tahoma),
– écrire en police 14,
-utiliser la même police pour tout le corps du texte
– écrire les dates en entier : « lundi 7 mars 1921 » plutôt que « le 7/03/1921 »
– utiliser des chiffres (8) au lieu des mots (huit) et des chiffres romains (VIII).
– ne pas écrire en italique,
– ne pas souligner le texte,
– ne pas écrire des mots entiers en majuscules,
– éviter les césures,
– éviter les caractères spéciaux (&, #) et les abréviations (« ex : », « etc »).

3/ La mise en page

– aller à la ligne à chaque phrase,
– aligner le texte à gauche, ne pas justifier le texte,
– utiliser des puces pour faire des listes,
– numéroter les pages,
– mettre en valeur les infos importantes (en gras, en encadrant, ou grâce à un pictogramme),
– aérer la page : pas trop de texte sur une page, utiliser des marges importantes, laisser des espaces entre les paragraphes),
– privilégier la lisibilité dans le choix des des couleurs (pas de gris ou de couleurs pastels par exemple), et des contrastes. Le texte n’est pas lisible lorsque le contraste entre le texte et l’arrière-plan n’est pas suffisant. Les principales associations de couleurs à éviter : rouge et vert, noir et rouge, blanc et jaune, vert et bleu. Les couleurs de SUD éducation sont le rouge et le noir, or un texte noir sur fond rouge ne sera pas lisible pour une partie des personnes daltoniennes ou qui rencontrent des difficultés visuelles. Vous pouvez toutefois écrire en rouge et/ou en noir sur un fond blanc ou en blanc sur un fond rouge,
– utiliser un fond uni. Du texte superposé sur une image n’est pas toujours lisible.

4/ Les images
  • utiliser des pictogrammes,
  • utiliser des images qui illustrent votre propos.

pour des écrits inclusifs

Retards de salaires : une honte pour l’administration !

ans plusieurs départements, des personnels AESH, AED et contractuel·les n’ont à ce jour toujours pas reçu leur salaire ! Pourtant, le paiement du salaire est une obligation et doit se faire à la fin du mois échu.

Les raisons sont multiples : retards de signature de contrat, retards dans la transmission des procès verbaux d’installation, retards dans le traitement des dossiers financiers. Dans la plupart des cas, elles sont la conséquence des restrictions budgétaires et de la désorganisation des services : de moins en moins de personnels administratifs doivent traiter de plus en plus de dossiers.

Résultat, ce sont les personnels les plus précaires qui en font les frais. Sans salaire, comment payer ses factures, son loyer, se nourrir ? En cas de retard de salaire, l’administration doit verser un acompte, mais encore une fois il faut le réclamer tandis qu’aucune information n’est faite aux personnels.

Le ministère, responsable des coupes budgétaires et de la baisse du nombre d’agents dans les services administratifs doit prendre ses responsabilités !

SUD éducation prend les siennes et accompagne les collègues qui n’ont pas été payé·es pour réclamer ce qui leur est dû, y compris par la voie de recours juridiques.

Si vous êtes dans cette situation, contactez le syndicat SUD éducation de votre département.

Vous trouverez un modèle de courrier de recours ici :

https://www.sudeducation.org/aed-aesh-nous-devons-etre-paye%c2%b7es-a-temps/embed/#?secret=AmuapNyx20#?secret=ZXj4sflcbC

Urgence remplacement !

Depuis plusieurs années, le remplacement dans le premier degré est en crise. On ne compte plus le nombre de journées non-remplacées sur tout le territoire avec des situations critiques dans certaines zones et certains départements déficitaires. 

En ne remplaçant pas systématiquement les professeur·es des écoles absent·es, l’Éducation nationale n’assure pas la continuité du service public et certains élèves se retrouvent avec moins de jours de classe que d’autres. On assiste là à une rupture d’égalité qui est d’autant plus dommageable que la pénurie de remplaçant·es est encore plus flagrante dans les départements déficitaires et les zones d’éducation prioritaire.

Même si des enseignant·es et des parents d’élèves essaient parfois de compter les journées non-remplacées, il est difficile de connaître les chiffres exacts, l’Éducation nationale refusent de les donner.

La cause de cette pénurie de remplaçant·es, c’est le manque de personnels et l’insuffisance des ouvertures de postes. La crise sanitaire du COVID 19, a  mis en lumière cette pénurie systémique.

A cela s’ajoute cette année une crise du recrutement avec un effondrement sans précédent de candidat·es pour le CRPE. Après les résultats des CRPE 2022, il y avait environ 1700 postes non pourvus de professeur·es stagiaires sur tout le territoire. Le ministère, face à ce manque de vocation, et pour boucher les trous, a recruté à tour de bras des contractuel·les en organisant des job-datings dans plusieurs académies. 

A quelques semaines de la rentrée, le manque de remplaçant·-es se fait déjà sentir dans certaines circonscriptions et certains départements où la situation est tendue de façon systémique. Les postes vacants non-pourvus ont, dans certains endroits, été comblés par des brigades qui se sont vues être affectées sur ces postes à l’année. La conséquence est évidente : il n’y aura bientôt plus d’enseignant·es remplaçant·es pour assurer les remplacements courts.

Cela n’augure rien de bon pour la suite de l’année scolaire et la période hivernale.

Cette pénurie structurelle de remplaçant·es a pour effet de dégrader encore les conditions de travail des enseignant·es et les conditions d’apprentissages des élèves. En effet, comment travailler et apprendre dans des conditions correctes quand les effectifs des classes explosent sous l’effet de la répartition des élèves dont le maître ou la maîtresse est absent·e?

Outre le fait qu’il détériore les conditions de travail des enseignant·es, le manque de remplaçant·es a un impact sur les droits des professeur·es des écoles :

– les journées REP+ (9 journées de pondération prévues sur le temps devant élèves) ne sont plus que partiellement assurées, voire pas du tout, fautes de remplaçant·es ;

– l’annulation de formation du PAF dans certains départements ;

– les demandes de stages syndicaux ou les autorisations d’absence sont refusées pour raison de nécessité de service.

À cause du manque de remplaçant·es, les professeur·es des écoles renoncent à leurs droits à la formation et à leurs droits syndicaux. Plus globalement, le manque de personnels dans le premier degré entraîne une dégradation des conditions d’exercice des PE : refus quasi-systématique des demandes de temps partiels qui ne sont pas de droits, faible mobilité sur le territoire,…

Pour assurer une continuité du service public et faire en sorte que chaque enseignant·e absent·e soit remplacé·e, une seule solution : recruter des professeur·es des écoles !

Pour endiguer le manque de remplaçant·es, SUD éducation revendique :

– la création de postes de remplaçant·es en nombre suffisant pour assurer tous les remplacements ;

– la titularisation à temps plein de l’ensemble des enseignant·es non titulaires, sans condition de concours ni de nationalité : les collègues en question sont déjà souvent en poste depuis longtemps, il n’y a aucune raison pour qu’ils et elles ne bénéficient pas du statut de fonctionnaire ;

– l’admission de l’ensemble des admissibles, aux concours internes comme externes : les recalé·es des oraux des concours constituent un nombre très important de potentiel·les futur·es collègues ; au vu de l’urgence de la situation, il est souhaitable qu’ils et elles  soient stagiarisé·es dans leur totalité ;

– l’organisation de concours exceptionnels :  sous forme de concours supplémentaires en fonction des besoins locaux, dans les départements.

Pour faire face à la crise du recrutement et au manque de candidat·es au concours de professeur·es des écoles, et rendre le métier plus attractif, SUD éducation revendique :

– une augmentation générale et conséquente des salaires ;

– le retour à un concours de recrutement à bac+3, suivi de 2 années de formation rémunérées et validées par l’attribution d’un Master pour toute·s !

Télécharger le document : Urgence remplacement ! (format pdf)

Entrer en pédagogie antiraciste : Atelier – Représentations en littérature jeunesse

Sarah Ghelam est libraire, spécialisée dans la littérature jeunesse. Elle a animé un atelier consacré aux Représentations en littérature jeunesse pendant le stage “Cas d’école sur la classe, le genre et la race : de quoi parle-t-on?” organisé par SUD éducation 93, Les concepts de “race” et de “genre” désignent des constructions sociales dont il convient d’interroger les représentations dans la littérature jeunesse. Sarah a partagé avec nous et sur le site https://genreed.hypotheses.org/ le contenu de son atelier. Merci à elle. 

Tout l’atelier sur le site de la fédération

Rassemblement contre la répression et soutien à Kai Terada : le 11 octobre à 17h30 DSDEN

La mobilisation de soutien à Kai Terada se poursuit. Après plusieurs rassemblements et journées de grève en région parisienne, cette fois-ci, c’est une journée nationale de mobilisation en soutien à Kai terada et contre la répression anti-syndicale.

Après avoir été suspendu dès la rentrée, notre camarade Kai Terada, est victime dune « mutation dans l’intérêt du service »: c’est une répression anti-syndicale déguisée afin de contourner les procédures contradictoires.

Ce n’est pas la première fois que le ministère utilise ce procédé à l’encontre de camarades de SUD Éducation, très impliqué.es dans la lutte contre les réformes Blanquer ou dans les mouvements de pédagogies émancipatrices comme l’ICEM-Freinet.

Rassemblement mardi 11 octobre à 17h30 devant la DSDEN

L’évènement Facebook.

l’appel intersyndical du 35 :

Nous avons rajouté dans l’appel les cas de répression vécues en Ille-et-Vilaine par les camarades du lycée René Cassin de Monfort-sur-Meu et Édouard Descottes du lycée Jean Macé à Rennes.

Une demande d’audience au recteur et DASEN va être envoyée.

Merci de diffuser l’appel dans vos établissements et sur vos réseaux.

Stage syndical « Droits des personnels, pédagogies émancipatrices : comment résister au quotidien ? » les lun. 14 et mar. 15 nov. à Rennes

Cette année, nous organisons un stage syndical intitulé :
« Droits des personnels, pédagogies émancipatrices : comment résister au quotidien ? »
le lundi 14 et mardi 15 novembre 2022 dans nos locaux au 5 rue de Lorraine à Rennes (métro Villejean).

Présentation :

Quelle école pour changer la société ?

La pédagogie, un outil de transformation sociale

Face aux attaques en cours sur l’école publique, il nous semble important de s’organiser collectivement pour défendre notre conception de l’école publique.

Le but de ce stage est d’élaborer collectivement des réponses à apporter à l’administration pour défendre notre projet d’école.

Nous ferons un état des lieux des différents concepts et pédagogies en introduction du stage. Pédagogie active, alternative, critique de quoi parle-ton ?

A travers des ateliers juridiques, pédagogiques et d’analyse de la situation politique nous tenterons d’outiller les participants de ce stage afin de résister au quotidien dans nos établissement du 1er et du 2nd degré. 

Pour rappel : Chacun a droit à 12 jours de stages par an.

Vous venez de loin ? Dorénavant, il est possible de se faire rembourser son trajet (train, voiture, ou autre) pour venir au stage. Il suffira d’envoyer votre ticket de transport ou votre itinéraire Mappy à syndicat@sudeducation35.fr (préciser dans l’objet du mail : Pour le trésorier) à la suite de votre stage.

Pour s’inscrire :

  • Envoyer un mail à : syndicat@sudeducation35.fr
  • Envoyer le courrier ci-dessous à son supérieur hiérarchique un mois avant c’est à dire avant le 14 octobre :

Pour le 1er degré : ajouter au courrier la fiche de demande d’ASA ci-dessous :

Au programme :

Partager l’évènement sur Facebook : https://fb.me/e/2ALUesCcc

Et vous pouvez afficher / partager l’info ci-dessous dans vos établissements pour que vos collègues viennent aussi :