Marche pour le Climat le 6 Novembre 14h30 Mail Mitterrand

Manifestation samedi 6 novembre

14h30 mail Mitterrand

————————————

APPEL des Collectifs Rennais :   Les solutions pour éviter la catastrophe sont connues, mais nos dirigeants et dirigeantes politiques manquent de volonté pour les généraliser. Ces solutions peuvent créer un monde vivable plus juste, plus fraternel, plus démocratique.
Ensemble, dépassons les clivages,
Poussons les politiques, les entreprises, la société à plus de courage Réussir la transition écologique est une opportunité pour créer massivement des emplois qui ont du sens, et pour vivre mieux ici et ailleurs.
La COP 26 est cruciale pour la mise en œuvre d’actions suffisantes afin de limiter les effets dévastateurs du réchauffement climatique. Des effets, que nous avons d’ores et déjà pu constater, en France, lors des inondations et des incendies de cet été. Soit nous choisissons démocratiquement un mode de vie sobre, soit la nature nous imposera de sauvages punitions. Les rapports de la communauté scientifique du GIEC nous expliquent, depuis 30 ans, que nous sommes des pyromanes. Malgré les communications gouvernementales en France et ailleurs, les choix politiques ne sont pas à la hauteur : le Green Deal Européen n’est que de 1000 milliards pour 10 ans alors que la Cour des comptes européenne estime les besoins d’investissement à 1112 milliards par an (2400 € /européen). En France, les propositions de la Convention citoyenne et les préconisations du Haut conseil pour le climat, n’ont abouti qu’à une demie loi climat. Par exemple, 2 milliards ont été accordés à MaPrimRénov alors que selon NégaWatt il faudrait chaque année 24 milliards pour isoler 22 millions de logements. L’agriculture industrielle est dans une impasse, les 62 milliards de la PAC agricole continuent de favoriser les modèles intensifs et énergivores… En fait, malgré les beaux discours, nous n’assumons pas notre part pour réduire de 5 % nos émissions de GES chaque année pendant 30 ans: « Comme des somnambules, nous marchons vers la catastrophe », affirmait récemment Edgar Morin. On peut réagir, la jeunesse ne doit pas grandir dans un chaos climatique. Un autre modèle de développement ne demande qu’à naître.   N’attendons ni la prochaine vague, ni le déluge. Poussons les politiques et les entreprises à plus de courage !   ON S’BOUGE POUR QUE ÇA BOUGE !   Stoppons les lobbies de la croissance énergivore, il est temps de nous rassembler, citoyens, associations, entreprises, territoires,… de faire corps pour décider de notre avenir. Chacun de nous peut devenir ambassadeur du climat et de la biodiversité en en parlant à nos proches et en montrant l’exemple. Partout en France, en Europe et dans le Monde, remplissons les rues le 6 novembre, pour une COP 26 des actes. Pour une obligation annuelle de résultat opposable aux chefs d’États.
Parce que le climat est un bien commun sans lequel toutes les autres améliorations seraient vaines, faisons du climat LE sujet des prochaines élections présidentielle et législative d’avril et juin 2022.
Nous devons mettre nos élus sous pression et agir pour réduire nos émissions partout où nous nous trouvons. Il en va de notre avenir et de celui de nos enfants.  

————————————

Les premiers signataires : Affides, Agir pour le climat, Alternatiba, Artisans du monde, Attac, Biocoop Scarabée, Bretagne Vivante, CCFD Terre Solidaire, CGT Bretagne, Chrétiens unis pour la Terre, Coben, Cop trotter, Eau et Rivières de Bretagne, Eco Challenge, Enercoop 35, FCPE 35, FNE Bretagne, Libre Canut, Ligue des Droits de l’Homme, LPO Bretagne, Maison internationale de Rennes, Mouvement de la Paix, Nous voulons des Coquelicots Rennes, Union Pirate Rennes 1, Oxfam, Solidaires 35, Solidaires Etudiants Rennes, Extinction Rebellion, Xylm, Youth for Climate.

Sauver le climat – gagner des droits – créer des emplois – Les propositions du Collectif “Plus jamais ça”

L’Union syndicale Solidaires dont fait partie SUD éducation est pleinement investie dans les travaux du collectif “Plus jamais ça” qui regroupe organisations syndicales et ONG luttant pour la défense de l’environnement. SUD éducation relaie les propositions du collectif. Voici l’introduction de la brochure, et le document entier est à télécharger également.

« Pour sauver la planète, il faudrait faire des sacrifices » ; mais aussi « les propositions de la Convention citoyenne pour le climat sont inapplicables, elles détruiraient trop d’emplois » : pour justifier alternativement les politiques d’austérité et l’inaction climatique, le discours dominant ne cesse d’opposer les causes sociale et  environnementale.
Pour nos organisations, au contraire, la pandémie confirme le double diagnostic qui fonde notre coalition : on ne pourra préserver l’environnement sans justice sociale, il n’y aura pas d’emplois sur une planète morte. La crise sanitaire mondiale manifeste brutalement les limites d’un système capitaliste et productiviste qui détruit à la fois les équilibres sociaux et environnementaux en prétendant justement refuser toute limite. Les mesures de lutte contre la pandémie et les confinements ont entraîné une réduction temporaire des émissions de gaz à effet de serre et autres polluants, mais au prix d’une flambée de la précarité et des inégalités. La récession, la crise économique ne sont en aucun cas une solution à la crise écologique.
Dans l’urgence, des entreprises ont réorienté leur production, démontrant une capacité d’adaptation. Les gouvernements et les banques centrales ont déployé  d’énormes moyens financiers. Mais en l’absence d’une pression sociale suffisante, les plans de relance ne cherchent qu’à reconduire et accélérer les trajectoires  antérieures. Les moyens consacrés à la relocalisation et à la reconversion du système productif vont du dérisoire à l’inexistant.

Au lieu de mettre la science et la technologie au service des besoins humains vitaux, le système les instrumentalise pour entretenir une fuite en avant irresponsable :  l’intelligence artificielle, les biotechnologies, la géoingénierie seraient notre seul salut. De nombreux scientifiques nous alertent sur les nouvelles crises sanitaires,  sociales, écologiques et démocratiques encore plus graves qui se préparent si nous continuons à ravager la planète : pour les éviter, nous devons vite réorienter et  relocaliser nos systèmes productifs, redistribuer les richesses, approfondir la démocratie politique et économique.

Depuis un an, mise en place des gestes barrières, confinement et couvre-feux ont conduit à la limitation de l’action collective, à des tentatives de nous empêcher de  nous réunir, de manifester, d’agir ensemble pour la justice sociale et environnementale. Comme le dit le philosophe Jacques Rancière, la « politique » a dû laisser la  place à la « police », l’inventivité sociale à la gestion sanitaire et sécuritaire. Mais l’épidémie a renforcé notre volonté de travailler ensemble. Dans ces circonstances  adverses, nous avons travaillé et élaboré ensemble ce document destiné à nourrir les débats et les mobilisations sociales à venir. Pour chacun des thèmes évoqués,  nous sommes partis de quelques idées reçues qui trottent dans beaucoup de têtes et bloquent la pensée et l’action commune entre les luttes pour les « fins de mois »  et contre la « fin du monde ». Puis nous avons cherché à définir des principes et des propositions communes, sans chercher à masquer les débats et controverses qui  demeurent. Nous avons souvent été surpris, au cours de ce travail, par l’étendue de nos points d’accord. Mais nous n’avons pas réponse à tout : nous avons laissé  certains débats ouverts, pour les approfondir par la confrontation et l’expérimentation sur le terrain, par la délibération démocratique. Notre pari : que les citoyen·nes  de notre pays s’emparent de ces propositions et de ces controverses pour leur donner vie et les imposer dans le débat public.

24 mai : grève mondiale pour le climat – SUD éducation dépose un préavis de grève

Communiqué de SUD éducation

La lutte contre le dérèglement climatique ne peut plus attendre !
La communauté scientifique s’accorde pour dire qu’en 2030, le réchauffement climatique ne doit pas dépasser 1,5 degré, sans quoi la crise sera irréversible.

En tant que syndicat de transformation sociale et écologique, SUD éducation revendique une transition écologique fondée sur un juste partage des richesses et des ressources afin de garantir une vie digne pour tou-te-s.

Après le succès de la grève scolaire du 15 mars, le 24 mai aura lieu une grève mondiale pour la planète, à l’initiative de nombreux collectifs.SUD éducation y prendra toute sa part, et déposera un préavis de grève spécifique pour permettre à tous les personnels de la maternelle à l’université de se mettre en grève et de construire la mobilisation.

Rennes : RDV pour la manif  à 13h au Thabor

24_mai_-_greve_mondiale_contre_le_climat_sud_education_depose_un_preavis