Les ministres passent, la casse continue
Article mis en ligne le 28 juin 2009

par sudeduc35
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Communiqué de SUD Education 35

Rennes, le 28 juin 2009

 ILS CONTINUENT LA CASSE

Ce n’est pas parce que le ministre change que la politique éducative change :
14 000 enseignants et 600 emplois administratifs en moins dans l’Education nationale au programme de 2 010.
.

 Les suppressions de postes dans la fonction publique sont plus que jamais à l'ordre du jour

. Le nouveau gouvernement s’engage à poursuivre le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux qui fait valoir ses droits à la retraite. Ainsi, l’an prochain, 34 000 postes seront supprimés dont 14 000 enseignants et 600 emplois administratifs dans l’Education nationale.

 La série noire des suppressions continue donc.

Sous prétexte de « réduire les dépenses » l’Etat anéantit volontairement les formations et l’éducation. L’école maternelle, les lycées pro, les RASED sont directement dans la ligne de mire. Mais ça ne suffira pas : il faudra s’attaquer aux collèges, aux lycées.

 Les effectifs vont augmenter dans les classes

. Les conditions d’apprentissage des élèves, les conditions de travail des enseignants se dégraderont une nouvelle fois.

 L'enseignement privé est favorisé

. En effet, comme d’habitude, les restrictions budgétaires frappent plus l’enseignement public laïque que l’enseignement privé confessionnel sous contrat, où seuls 1 400 contrats ne seront pas renouvelés (9% des suppressions totales alors qu’il scolarise 16,7% des élèves). Le respect de la parité que le privé met en avant (sauf quand il s’agit de la suppression des contrats) devrait se traduire par 2 597 contrats en moins.

 Pour que le gouvernement ne puisse plus déployer sa politique éducative régressive, une mobilisation générale est plus que nécessaire

. La stratégie des temps forts, des journées de grève rituelle a découragé, désabusé, épuisé tout le monde. Les annonces du gouvernement renforcent ce sentiment d’échec. Ce n’est que par une l’action générale interprofessionnelle reconductible que nous pourrons gagner.
SUD EDUCATION 35 n’attend donc rien du ministère de Luc Chatel, et n’est pas dupe un seul instant des prétendus désirs du ministre d’écoute et de dialogue. Xavier Darcos nous avait joué la même scène… Nous ne participerons pas à la mascarade de dialogue social qui détruit, jour après jour, les droits des travailleurs et le service public et laïque
Dès la rentrée scolaire, participer aux réunions syndicales et se syndiquer à SUD EDUCATION 35 , c’est résister et agir pour un autre projet de société, un autre projet d’école.

L’école n’est pas une entreprise, l’éducation n’est pas une marchandise !
WWW.SUDEDUCATION35.FR



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS

2009-2017 © Sud Education 35 - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.11